785: Chapelle de la Sainte-Croix: le plus ancien plancher connu en Europe

 La chapelle de la Sainte-Croix: un joyau carolingien

Longtemps, on a cru que cette chapelle était d'origine romane. Des investigations archéologiques et dendrochronologiques ont toutefois démontré qu'elle datait des années 785-788; elle remonte donc à l'époque de fondation du monastère. La moitié orientale de la poutraison entre étages est encore conservée, ce qui en fait le plus ancien plancher en bois daté en Europe. Le sol en mortier situé par-dessus est également d'origine. L'aménagement intérieur de la chapelle était sans doute très riche: clôtures de choeur en marbre, stucs et peintures murales ornaient l'étage supérieur. Le décor ne se limitait toutefois pas seulement aux intérieurs, mais embrassait également les façades extérieures.

 

Découverte exceptionnelle en façade

 

Les façades de la chapelle étaient à l'origine dotées d'une riche ornementation architecturale. Le pignon oriental présente même des peintures figuratives d'époque carolingienne - une découverte exceptionnelle du fait que jusqu'à ce jour, l'histoire de l'art n'avait connaissance d'aucun personnage peint sur une façade carolingienne. Etant donné que cette image n'est que partiellement conservée et qu'elle n'est pas aisément reconnaissable, un collège d'experts internationaux a décidé de la recouvrir à nouveau et de la protéger ainsi des intempéries. Les fragments de fresques ont été soigneusement documentées, analysés, décrits et photographiés. Des archéologues, restaurateurs et techniciens spécialisés ont en outre étudié et documenté l'intégralité des façades extérieures.

 

Il y a encore beaucoup à faire

 

Jusqu'à dix couches de peinture ou de badigeon successifs recouvrent les parois de l'étage supérieur; de plus, la chapelle était à l'origine richement décorée de marbres et de stucs. Jusqu'à ce jour, les efforts se sont concentrées en premier lieu sur la connaissance de la substance constructive ainsi que la conservation des multiples couches picturales. Une documentation approfondie des intérieurs a été entreprise sous l'angle de l'archéologie, de la conservation-restauration comme de la physique du bâtiment.

 

La suppression des badigeons les plus récents et les plus dommageables a permis aux experts de se faire une idée de plus en plus précise de l'apparence que l'étage supérieur de la chapelle devrait revêtir à l'avenir. Dans un premier temps, seules les mesures de conservation nécessaires seront menées à bien.

L'étage supérieur servira à nouveau de chapelle

 

Les riches décors mis à jour font penser que l'étage supérieur servait originellement de chapelle privée à l'abbé ou à d'autres dignitaires. Au cours du temps, celle-ci n'a cessé d'être décorée à nouveau, en dernier lieu en 1899 où elle fut transfomée en oratoire de Lourdes. Il paraît évident que l'étage supérieur doit à nouveau servir de chapelle.

L'étage inférieur comme sépulture

 

A l'origine, l'étage inférieur était vraisemblablement un caveau; vers 1520, il fut transformé en chapelle avec sépultures, enfin en ossuaire. Les parois sont pourvues de peintures récentes, sur les thèmes de la mort et de la résurrection. Ces décors ont été nettoyés et dessalés; un nouveau sol en bois posé. Ce lieu devrait à l'avenir servir à présenter l'histoire mouvementée de la chapelle.

Un jeu de charret sur une poutre carolingienne

 

L'observation attentive du plancher de 788 révèle un plateau de charret (ou jeu du moulin) tracé sur l'une des poutres. Des charpentiers auraient-ils tué le temps en jouant sur le bois de construction dispersé alentour? Il est intéressant de noter que le trône en marbre de Charlemagne situé dans la chapelle palatine d'Aix-les-Bains présente lui aussi de fines lignes engravées, qui pourraient également avoir servi comme jeu de charret.

La restauration se poursuit

La restauration de la chapelle de la Sainte-Croix n'est pas terminée. De nouvelles connaissances se font régulièrement jour, complétant progressivement la perception de cette chapelle carolingienne comme un chef d'oeuvre d'art et d'histoire.

 

 

Afin de poursuivre la restauration, de nouveaux moyens financiers sont nécessaires. M. Peter Andreas Zahn, membre du Conseil de Fondation, s'efforce de contribuer à la restauration de la chapelle par son projet „Bâle aide Müstair“.